Domain Name System (DNS)

Domain Name System (DNS)

Le Domain Name System (DNS) est un composant essentiel de l’Internet, agissant comme un annuaire qui traduit les noms de domaine faciles à retenir, tels que www.example.com, en adresses IP numériques nécessaires pour localiser les ressources sur le réseau. Dans cet article, nous explorerons en détail le DNS, l’importance d’un bon délai DNS, son impact sur le SEO et les bonnes pratiques à adopter pour référencer son site en première page Google

Définition du DNS

Le DNS, ou Système de Noms de Domaine, est un système distribué qui permet de résoudre les noms de domaine en adresses IP. Quand un utilisateur saisit un nom de domaine dans son navigateur, le DNS traduit ce nom en l’adresse IP correspondante du serveur où le site est hébergé. Ce processus est essentiel pour établir une connexion entre le navigateur de l’utilisateur et le serveur web, rendant ainsi accessible le contenu du site.

Qu'est-ce qu'un bon délai DNS ?

Un délai DNS, ou temps de réponse DNS, se mesure en millisecondes (ms) et représente le temps nécessaire pour qu’une requête DNS soit complètement résolue. Idéalement, ce temps devrait être :

  • Excellent : Moins de 50 ms est considéré comme un délai de réponse DNS excellent, offrant une résolution quasi instantanée qui ne sera pas perceptible par l’utilisateur.
  • Bon : Entre 50 ms et 100 ms est toujours considéré comme performant, avec un impact minime sur l’expérience utilisateur.
  • Acceptable : Entre 100 ms et 200 ms peut être acceptable pour la plupart des sites web, mais il est conseillé d’optimiser davantage le temps de réponse DNS pour améliorer les performances.
  • Médiocre : Un délai supérieur à 200 ms est jugé médiocre et peut commencer à affecter négativement l’expérience utilisateur ainsi que le SEO du site.

Impact du DNS sur le SEO : Éléments clés à considérer

Modification d’un enregistrement DNS et attention au TTL :

  • La modification d’un enregistrement de type A entraîne un changement de direction du trafic vers une nouvelle adresse IP.
  • Optimiser les temps de réponse implique de gérer le TTL, la durée pendant laquelle les informations DNS sont mises en cache.
  • Un TTL long peut maintenir les anciennes configurations accessibles post-modification, impactant l’expérience utilisateur.
  • Réduire temporairement le TTL avant modification peut limiter l’impact négatif.
  • Google ne pénalise pas directement pour les erreurs 404 suite à une modification DNS, mais un excès peut affecter le SEO indirectement.

Modification des DNS déclarés pour un nom de domaine :

  • Le choix des serveurs de noms (NS) influe sur la résolution DNS et, par conséquent, sur les temps de résolution.
  • Un changement de NS peut améliorer ou détériorer la visibilité sur les SERP.
  • Avant de changer de NS, il est préférable de diminuer la durée de vie des enregistrements DNS pour éviter la rétention d’informations obsolètes en cache.

Risque lié au DNS lors de la migration d’un site :

  • Les changements de fournisseur d’hébergement Web ou DNS, ou le déplacement du trafic, ne touchent pas directement le SEO.
  • Une mauvaise gestion des TTL peut toutefois induire une expérience utilisateur négative.
  • Des cas à considérer incluent le changement de fournisseur d’hébergement, le déplacement vers un CDN, ou la migration de www vers un domaine sans www.

Changement de l’adresse IP de destination :

  • Modifier l’enregistrement DNS pour pointer vers une nouvelle IP n’affecte pas le SEO, sauf si la nouvelle IP est déjà marquée comme spam.
  • L’emplacement géographique de l’adresse IP peut influencer le SEO, Google favorisant les adresses IP proches des utilisateurs.

Mise en place de DNSSEC :

  • DNSSEC authentifie la résolution DNS et ajoute une couche de sécurité similaire à HTTPS.
  • La mise en œuvre de DNSSEC peut légèrement augmenter le temps de chargement des pages, influençant potentiellement le SEO.
  • La sécurité accrue avec DNSSEC est jugée indispensable malgré l’impact possible sur le temps de chargement.

Bonnes pratiques pour le SEO

Pour optimiser votre DNS du point de vue SEO, considérez les bonnes pratiques suivantes :

  • Choisissez un fournisseur DNS réputé : Un fournisseur fiable offrira une résolution DNS rapide et stable, contribuant à réduire les temps de chargement des pages et à améliorer l’expérience utilisateur.
  • Utilisez le DNS prefetching : Cette technique permet au navigateur de résoudre les adresses DNS des liens externes à l’avance, réduisant ainsi les délais de chargement lorsque l’utilisateur clique sur ces liens.
  • Optimisez la configuration DNS : Minimisez le nombre d’enregistrements DNS inutiles et assurez-vous que les enregistrements essentiels sont correctement configurés pour éviter les résolutions DNS supplémentaires.
  • Surveillez la performance DNS : Utilisez des outils de surveillance pour suivre la performance de votre DNS et identifier rapidement tout problème pouvant affecter le temps de chargement de votre site.
  • Implémentez un CDN : Un réseau de distribution de contenu (CDN) peut réduire la distance entre les visiteurs de votre site et le serveur qui héberge votre contenu, améliorant ainsi les temps de réponse.

Directive allow 

Signification directive allow en SEO

La mise en place d’une stratégie de référencement naturel est une tâche complexe intégrant de nombreux éléments. Pour obtenir le meilleur classement dans les SERP et générer des leads qualifiés, il ne suffit pas de travailler sur le contenu et le backlink. Il faut surtout comprendre et maîtriser toutes les facettes de l’indexation des pages web.

La directive allow est un élément SEO utilisé dans un fichier robots.txt pour autoriser le crawl d’une page web. Elle est principalement utilisée par les moteurs de recherche Google et Bing. En d’autres termes, il s’agit d’une instruction permettant d’indiquer à un robot d’indexation comme Googlebot ou Bingbot les URL, les sections ou encore les fichiers qu’il peut explorer sur un site internet. En règle générale, la directive allow prend la forme suivante :

user-agent { robot d’indexation ciblé } Allow : { l’URL à crawler }.

L’utilité de la directive Allow

Le principal intérêt de la directive allow réside dans le fait qu’il permet de contrôler l’administration intégrale d’un site. En effet, vous pouvez commander les crawlers sur les pages stratégiques qu’ils doivent indexer en priorité. Vous pouvez également indiquer vos pages web et vos fichiers à des robots spécifiques.

Le fonctionnement de la directive allow

Comme énoncé plus haut, la directive allow est comprise dans un fichier robots.txt qui se trouve dans le répertoire racine et l’URL.

L’application de la directive allow varie selon le nom de domaine, la paire de réseau, l’adresse ip complète ainsi que la spécification de réseau CIDR.

Pour insérer les directives SEO, il est possible de s’appuyer sur différent logiciels tels que le serveur http apache. Si vous souhaitez limiter l’accès à certaines parties devoter site, vous pouvez vous service du module mod_authz_host. Pour autoriser ou interdire l’accès à certaines ressources, serviez-vous de la directive require. En revanche, les directives oder allow, deny et order sont obsolètes. 

Pourquoi allow est important pour la gestion et le référencement d’un site web ?

L’utilisation de l’en-tête HTTP « Allow » est importante pour la gestion et le référencement d’un site web car :

  • Elle définit les méthodes HTTP autorisées pour une URL donnée, ce qui peut améliorer la sécurité en limitant les risques d’attaques telles que les attaques de force brute.
  • Elle peut aider à améliorer la compatibilité des navigateurs en spécifiant les méthodes prises en charge pour une URL donnée.
  • Les moteurs de recherche peuvent utiliser cette information pour mieux comprendre et indexer le contenu d’un site, ce qui peut améliorer le classement de celui-ci dans les résultats de recherche.

La directive Allow et le SEO

La directive HTTP « Allow » n’a pas un impact direct sur le référencement (SEO) d’un site web. Cependant, elle peut influencer indirectement le SEO en améliorant la compréhension des moteurs de recherche pour le contenu d’un site. Les moteurs de recherche utilisent de nombreuses informations pour comprendre et classer les sites, et la directive « Allow » peut offrir des informations supplémentaires sur les méthodes HTTP autorisées pour une URL donnée. Par conséquent, en utilisant correctement la directive « Allow », les développeurs peuvent aider les moteurs de recherche à mieux comprendre et indexer leur site, ce qui peut influencer positivement son classement dans les résultats de recherche.

Que signifie disallow ?

directive disallow signification

Disallow est un terme anglophone qui signifie refuser. En SEO, il s’agit d’une instruction intégrée dans le fichier robots.txt pour spécifier aux robots des moteurs de recherche les pages comme Bingbot ou Googlebot à ne pas explorer. En d’autres termes, il faut utiliser cette commande pour interdire aux robots d’exploration de crawler une page dont l’URL ne présente aucun intérêt pour la stratégie de référencement. Cela permet de maximiser les chances de générer des leads. La directive disallow des moteurs de recherche est utilisée en complément d’autres commandes comme noindex et nofollow.

Comme toutes les commandes que l’on peut utiliser dans le fichier robots.txt, la directive Disallow est une simple requête. Ainsi, elle n’a pas la capacité d’empêcher les robots malveillants d’explorer un site.

Syntaxe de la directive disallow

L’utilisation de la directive disallow se décline sous différentes formes :

  • « Disallow : » : cela signifie qu’il n’y a aucune restriction ;
  • « Disallow:/ » : l’intégralité du contenu du site est interdite aux crawlers des moteurs de recherche;
  • « Disallow : catégorie » : toute page dont l’URL contient le mot catégorie sera interdite d’accès aux robots d’exploitation ;
  • « Disallow:/*.pdf » : Avec le disallow pdf, l’url contenant l’extension pdf ne sera pas explorée.
  • « Disallow : blog » : La balise disallow blog permet d’empêcher toute URL qui commence par blog d’être explorée ;
  • « Disallow : [path] » : le début de l’URL bloquée pour les crawlers contient la balise path. il s’agit d’une règle spécifique pouvant être interprétée par les user agents indiqués dans le fichier robots.txt ;
  • Disallow all : cette directive permet d’indiquer une page bloquée pour tous les robots d’indexation.

Les webmasters utilisent souvent la directive disallow en complément de la balise meta robots noindex. Cette dernière empêche clairement l’indexation.

Les URL bloquées seront toujours accessibles dans les résultats de recherche SERP. En revanche, elles contiendront un message indiquant qu’aucune information n’est disponible pour cette page.

Domain Rating

domain rating signification

Le Domain Rating est une méthode de calcul développée par ahrefs. Il est utilisé par les webmasters pour évaluer la pertinence du backlink d’un site internet. En ce sens, il permet d’analyser le positionnement d’un site web par rapport à celui de ses concurrents directs présents sur les moteurs de recherche.

Définition du domain rating

A travers le domain rating, ahrefs calcule la force du profil de backlink d’un site pour obtenir un score logarithmique allant de 0 à 100, 100 étant la valeur la plus positive. Le but est d’obtenir le score le plus haut. Par ailleurs, le nombre de sites dotés d’un score de 100 est très rare. A mesure que vos scores augmentent, il vous sera de plus en plus difficile d’acquérir des points supplémentaires. Autrement dit, il est beaucoup plus dur de passer de 90 à 91 que de passer de 22 à 23. La mesure du domain rating DR dépend de la qualité et la quantité des liens entrants.

Calcul du domain rating d’un site

Pour calculer les scores dr de votre site, l’outil Ahrefs se base sur quelques indicateurs :

  • Le nombre de sites contenant au moins un lien do-follow pointant vers vos pages ;
  • L’algorithme du site procède à l’évaluation de domaine en lui attribuant une valeur DR. Celle-ci dépendra entièrement du potentiel ranking dans les pages de résultats de recherche ;
  • Ahrefs évalue également le nombre de liens en dofollow lié aux sites en question.

Plus la valeur du domaine est élevée, plus votre site améliore ses chances d’être bien classé dans les SERP.

Faites attention à ne pas confondre le domain rating et le domain authority. Le score d’autorité de domaine dépendra de différents paramètres, tels que :

  • Le nombre de backlinks qui pointent vers l’URL en question ;
  • Le nombre de domaines sources ;
  • Le taux de trafic généré par les backlinks.

Le nombre de sites dotés d’un score supérieur à 90 est assez peu. Les seules plateformes classées en tête de liste sont Facebook (DR100) et YouTube (DR98). Une centaine de milliers de sites ont encore un score de 0 à 5. Pour améliorer votre score, vous pouvez faire appel à une agence SEO.

L’importance du domain rating

Le domain rating permet d’avoir un indicateur fiable pour pouvoir évaluer le profil de backlink des sites référents et en tirer tous les profits. Si un site est doté d’un scrore DR élevé, il pourra profiter d’un link juice de qualité. Dans ce cas, le webmaster pourra créer des liens internes pour optimiser l’autorité des liens moins pertinents. Bien évidemment, il faudra mener une excellente stratégie de maillage interne.

Si voter score DR est particulièrement bas, vous pouvez penser à un audit de backlinks et procéder à un désaveu de liens. En effet, il se peut que certains concurrents malhonnêtes aient corrompu votre profil de liens pour faire chuter votre DR et vous faire sanctionner par Google. Bien évidemment, il est important d’examiner vos backlinks de manière manuelle avant d’utiliser un logiciel de désaveu.

Pourquoi le Domain Rating est-il important en SEO ?

Le Domain Rating (DR) est important en SEO car il mesure la qualité et la quantité de backlinks d’un site web, qui sont considérés comme un facteur crucial pour le classement des moteurs de recherche. Un DR élevé indique que le site a des backlinks provenant de sources fiables et de haute qualité, ce qui peut aider à améliorer la visibilité et la réputation du site sur les moteurs de recherche.

Le Domain Rating garantit-il un bon classement ?

Non, le Domain Rating ne garantit pas un bon classement sur les moteurs de recherche. C’est seulement un indicateur de la qualité et de la quantité de backlinks d’un site web. Il existe de nombreux autres facteurs qui peuvent affecter le classement, tels que la qualité du contenu, la structure du site, la vitesse de chargement, la pertinence pour les mots clés et bien d’autres. Le DR peut aider à améliorer le classement, mais il ne garantit pas un bon classement en soi.

Désaveu de liens

Désaveu de liens Définition méthode

Les algorithmes de Google ont mis en place différentes stratégies afin de protéger au mieux les utilisateurs. Ils examinent des milliards de pages afin d’identifier les contenus comportant des liens de mauvaise qualité. Dès qu’ils détectent de mauvais backlinks, ils procèdent à une restriction.

Google propose de désavouer un lien dans les résultats de recherche en cas de présence de mauvais liens sur votre site internet. Cette procédure peut avoir un impact considérable sur votre classement sur les moteurs de recherche. Voici tout ce qu’il faut comprendre.

Définition du désaveu de lien

Désavouer un lien consiste à demander à Google de bloquer les liens entrants non naturels ou les liens provenant de sites toxiques. De cette manière, ceux-ci ne seront pas comptabilisés dans votre profil de liens. Google recommande d’utiliser cette alternative en derniers recours. Avant de procéder à un désaveu de lien, il faudra tenter de supprimer les liens toxiques de manière manuelle.

L’importance du désaveu des liens artificiels

L’outil de désaveu de Google est indispensable à tout propriétaire de site internet, qu’il s’agisse d’une site vitrine, d’un site e-commerce ou autre. En effet, rompre leur filiation évite une influence négative seo et d’entraîner une pénalité de Google. Cette dernière peut mettre en péril votre stratégie SEO et réduire à néant le taux de visite de votre site.

Pour désavouer des liens, il faudra passer par un formulaire spécifique accessible aux webmasters de Google, également appelé fichier de désaveu. A travers celui-ci, vous pourrez envoyer à Google la liste des liens à désavouer. Les URL contenues dans votre liste continueront toutefois d’apparaître dans le Google Search Console.

Constituer de bons backlinks peuvent améliorer l’autorité de votre domaine et votre visibilité de votre site web dans les résultats de recherche. Vous avez remarqué une chute anormale de votre classement ? Il se peut que des liens externes et internes de mauvaise qualité soient à l’origine du problème.

Comment reconnaître un mauvais backlink ?

Un lien est considéré comme toxique lorsqu’il provient d’un site non fiable. Celui-ci peut être un site spam ou un site sujet à des problèmes de sécurité. En d’autres termes, un mauvais backlink vous envoie du mauvais jus SEO. Pour évaluer la pertinence d’un lien, vous pouvez utiliser des outils spécifiques comme Majestic SEO. Pour analyser votre profil de backlinks, sollicitez l’aide d’une agence de netlinking ou d’un expert SEO.

Voici quelques exemples de liens pouvant être considérés comme de mauvaise qualité : les liens provenant de réseaux privés de blogs, les spams de forums et de commentaires, les liens payants, les liens provenant de sites piratés, les liens créés de manière automatique, etc.

Le désaveu de liens est-il dangereux pour votre stratégie SEO ?

Bien qu’il puisse s’agir d’une solution alléchante, le désaveu de liens n’a pas que des effets positifs. D’ailleurs, Google reste totalement transparent sur les dangers de cet outil. Cette option doit être prise en compte uniquement dans un cas inévitable. Vous pouvez par exemple procéder au désaveu de liens après avoir reçu une pénalité de Google ou une attaque de negative SEO.

Dust duplicate URL

Dust duplicate url signification

On parle de DUST (Duplicate Url Same Text) lorsqu’une page web avec une code source unique est accessible via plusieurs URL différentes. Celles-ci peuvent être des liens internes ou provenir de blacklinks externes. Ce genre de situation peut être mal vu par les robots d’indexation. En effet, ceux-ci partent du principe qu’une URL Google doit appartenir à une page unique. Si plusieurs adresses pointent vers une même page, elles peuvent être considérées comme des contenus dupliqués.

Par exemple, l’url d’une page d’accueil ou d’une fiche produit d’un domaine est la suivante : https://www.exemple.com. Pourtant, cette même page est également accessible via d’autres adresses sous des syntaxes variées : https://www.exemple.com/index.php, https://exemple.com/, http://www.sitexyz.com/, http://www.sitexyz.com/index.php?source=emailing, etc. Aux yeux d’un moteur de recherche, chacune des variations (slash à la fin, index, avec ou sans www, protocole http, etc…) est considérée comme une page dupliquée. 1 URL = 1 page web pour les robots d’indexation. Pourtant, le duplicate content same text (contenu dupliqué) peut handicaper votre stratégie SEO s’il n’est pas rapidement corrigé.

Exemples de DUST Duplicate Content, Same Text pour les sites ecommerce

Voici quelques exemples de contenu dupliqué ou identique pour les sites e-commerce:

  • Des descriptions de produits identiques pour plusieurs articles différents.
  • Des pages de catégories avec le même texte et la même structure pour différentes catégories de produits.
  • Des pages produits avec le même contenu et la même mise en page pour différents produits.
  • Du contenu copié directement d’autres sites Web sans modification ou crédit.

Des pages d’informations sur l’entreprise avec le même texte sur plusieurs sites différents appartenant à la même entreprise.

Lutter contre le DUST

Face à ce genre d’anomalie, il existe plusieurs solutions à envisager :

  • Intégrer une balise ref canonical à vos URL : cela permet d’indiquer à Google l’URL canonique à prendre en compte ;
  • Procéder à une redirection 301 ;
  • Implanter le plug-in Yoast SEO s’il s’agit d’un site internet sous WordPress ;
  • Utiliser des méta robots ;
  • Faire les réglages dans Google Search Console.

Dans certains cas, l’utilisation des URL de type DUST est inévitable. Toutefois, les webmasters doivent veiller à ce que les structures des URL soient parfaitement cohérents pour l’ensemble du maillage interne. Ils doivent également définir une page canonique afin d’uniformiser le format des nouveaux liens internes. En règle générale, les adresses dupliquées sont causées par les URL dynamiques, les paramètres d’URL (ou variables d’URL), etc…

DUST Duplicate Content, Same Text : quels sont ses effets sur votre référencement ?

Le contenu dupliqué peut avoir un impact négatif sur le référencement d’un site web. Les moteurs de recherche peuvent considérer le contenu dupliqué comme peu fiable et le pénaliser en le classant plus bas dans les résultats de recherche. Cela peut également diluer l’autorité et la pertinence d’un site, ce qui peut entraîner une baisse de la visibilité en ligne. Il est donc important de s’assurer que le contenu publié sur un site est unique et de qualité. Il n’existe pas de sanctions concrètes contre les DUST.

Densité des mots clés

Densité des mots clés en référencement

La densité de mots-clés est un indicateur particulièrement important pour les webmasters. Elle indique la fréquence de mots clés dans un contenu. Aux yeux de l’algorithme Google, il s’agit d’un levier de visibilité majeur. Grâce à cette donnée, les robots d’indexation peuvent facilement comprendre le sujet principal d’un article. Ils pourront ainsi positionner une page web par rapport à une requête donnée. Cela signifie que la répétition des mots-clés permet d’optimiser le référencement d’un contenu, d’améliorer le classement d’un site et de générer des leads. C’est pourquoi certains rédacteurs web et propriétaires de site internet se laissent tenter par le bourrage de mots clés (keyword stuffing) qui est une technique de black hat.

Comment calculer la densité optimale de mots-clés ?

Le calcul de la densité de mots-clés est simple. Il faudra prendre en compte le nombre d’occurrences du mot-clé par rapport au nombre total de mots du contenu.

Voici la formule : Nombre de dois qu’un mot-clé est cité dans un article divisé par le nombre total de mot sur la page web en question. Le résultat devra être multiplié par 100 pour obtenir l’indice de densité de mots-clés.

La densité idéale de mots-clés

La densité idéale de mots-clés suscite encore de nombreux débats. Selon les experts, un indice de 2 à 4 % est tout à fait convenable. Utiliser des mots clés de quantité trop importante augmente les risques d’action manuelle. En effet, un contenu bourré de mots-clés est considéré comme du spam par le moteur de recherche. L’idée est de placer les mots-clés pertinents à des endroits stratégiques d’un contenu. Le mot clé principal doit être placé dans la balise title, la balise h1 et la balise meta description.

Vérifiez également qu’un mot-clé apparaît dans la balise h2 et la balise h3. Les mots-clés secondaires doivent apparaître tout le long du contenu, de manière naturelle et fluide. Enfin pensez à l’expérience utilisateur durant la création de vos contenus en utilisant un champs lexical riche autour du mot-clé stratégique. Cela permettra d’être bien positionné dans les résultats de recherche.

Quels sont les outils pour calculer la densité des mots clés ?

De nombreux outils permettent d’intégrer la sémantique à une stratégie de contenu sur le web. Nous vous conseillons ces outils gratuits suivants : Alyze.info, outilref.fr et alwaysdata.net.  Ces outils sont simples et utilisables sans inscription. Analyser l’url d’une page ou d’un texte pour trouver les mots clés les plus souvent utilisé avec calcul de densité en pourcentage.

Duplicate content

duplicate content définition ou contenu dupliqué en SEO

La création de contenu fait partie des étapes les plus importantes d’une stratégie SEO. En effet, l’objectif de chaque site est d’apparaître dans les pages de résultats de recherche pour une requête spécifique. Les propriétaires de sites web sont parfois tentés de procéder au copié collé pour générer un maximum de contenu dans les plus brefs délais. On parle également de pages dupliquées ou de duplicate content.

Définition du duplicate content

Le duplicate content consiste à reproduire le contenu d’une page web, que ce soit de manière intégrale ou partielle. Cela fait référence à des contenus identiques accessibles sur des URL différentes. Le duplicate content fait partie des techniques de black hat les plus utilisées.

On distingue deux grandes catégories de contenus dupliqués :

  • Le duplicate externe : certains sites concurrents reprennent le contenu d’autres sites externes. Le texte similaire est considéré comme du contenu dupliqué. Ce type de contenu se retrouve dans le cadre d’annuaires, de fiches descriptives produits ou d’une stratégie de netlinking mal gérée.
  • Le duplicate interne : les contenus dupliqués internes sont des blocs de textes identiques présents sur un même site. Ces problèmes de duplicate content souvent dûs à des paramétrages d’un Content Management System (CMS) de sites e-commerce comportant des des doubles titres ou des contenus similaires à 70%. Ils font également référence aux sites générant des URL automatiques.

Afin de détecter les contenus dupliqués, les moteurs de recherche ont mis en place la notion de pourcentage de similarité. Google peut tolérer une similarité jusqu’à 30 %. Au-delà de ce seuil, des actions manuelles peuvent être appliquées, selon l’ampleur de la situation.

Les sanctions de Google face au duplicate content

L’algorithme de Google n’a aucun intérêt à indexer des contenus similaires. C’est pourquoi il met en place des stratégies efficaces pour détecter le contenu dupliqué et privilégier la création de contenu originale. Il n’existe pas de sanction concrète en cas de contenu dupliqué. En revanche, votre stratégie de référencement naturel risquerait d’être fortement pénalisé.

Le principe est simple : sur plusieurs contenus similaires, Google ne proposera qu’un seul article sur la première page de résultat. Celui-ci sera bien évidemment la version originale. Si les robots d’indexation ont pu détecter le duplicate content dans l’une de vos pages internet, celles-ci verront leur classement chuter dans les SERP. Toutefois, Google impose des pénalités plus sévères comme la désindexation dans des cas extrêmes.

Comment éviter le duplicate content interne et externe ?

Vous pouvez adopter les mesures suivantes:

  • Utilisez des URL uniques pour chaque page sur votre site internet.
  • Configurez la balise canonical pour indiquer la page préférée aux moteurs de recherche.
  • Evitez la publication de contenu en double en utilisant des redirections 301.
  • Assurez-vous de ne pas publier de pages sous différents URL.
  • Surveillez régulièrement les sources de duplicate content.
  • Contactez les propriétaires de sites web qui utilisent votre contenu sans autorisation.
  • Évitez de publier du contenu qui est déjà largement disponible en ligne.
  • Utilisez des descriptions uniques pour chaque page dans les balises « meta description ».
  • Évitez la duplication de titres de page dans les balises « title ».
  • Utilisez des outils pour détecter et surveiller le duplicate content.
  • Demander aux moteurs de recherche de supprimer les pages dupliquées de leurs index.

Comment éviter le contenu dupliqué pour des sites multilingues et de traduction ?

  • Utilisez des URL uniques pour chaque langue et pour chaque page.
  • Configurez la balise « hreflang » pour indiquer à Google la langue et la version locale de chaque page.
  • Évitez de traduire le contenu mot à mot.
  • Utilisez des outils de traduction automatique avec précaution.
  • Assurez-vous de ne pas publier de pages sous différents URL pour chaque langue.
  • Configurez l’URL canonique pour indiquer la version préférée aux moteurs de recherche.
  • Vérifiez régulièrement le contenu dupliqué en utilisant des outils d’analyse de contenu, ex Siteliner, Duplichecker.

Investissez dans la rédaction de contenus uniques et originaux. Vous pouvez par exemple faire appel à une agence SEO.